Startseite > Le musée

Le musée

Un Musée Vivant pour tous les publics

Depuis mars 2013, les six communes de Porte France Rhin Sud (Chalampé, Banztenheim, Ottmarsheim, Hombourg, Petit-Landau et Niffer) ont rejoint l’OTC de Mulhouse et sa région, entre autres pour aider à la promotion du tout nouvel équipement touristique du territoire, « La Grange à Bécanes », qui a ouvert ses portes le 2 avril.

Installé dans une grange réhabilitée de 750 m2 et doté d’une scénographie originale, ce musée vivant dédié à la moto, présente 90 véhicules anciens issus de la « collection Lemoine », dont une collection unique de motos RAVAT et d’autres marques françaises et étrangères. Il permet aux visiteurs de vivre une expérience unique et riche en sensation, en « vivant » l’histoire de la moto.

» Le musée

Une visite en 4 étapes

La visite s’articule en quatre temps. Le « corridor » présente l’aventure des motos anciennes avec musique d’époque, sous forme d’un défilé. La chicane « tous motards ! » fait découvrir le plaisir d’enfourcher et de conduire une moto ancienne, ainsi qu’un film-documentaire sur l’histoire de la moto et ses représentations dans les principaux domaines artistiques. L’exposition « dans le détail » présente un ensemble de pièces détachées, témoignage de l’évolution technique autour de la moto. La dernière étape de la visite est réservée aux coulisses du musée, sa réserve et son atelier, où les Amis du musée restaurent les futures motos qui seront exposées.

Le « Corridor » : découvrir l’aventure des motos anciennes

Dès le début de la visite, vous êtes plongé dans une ambiance sonore et lumineuse qui vous fera découvrir sous forme de défilé, une sélection de motos présentant un intérêt historique, technique ou esthétique.

Explorez la chicane « tous motards »

Vous traverserez ensuite l’espace des sensations où vous pourrez ressentir le plaisir de la conduite d’une moto ancienne. Enfourchez une « bécane » et laissez-vous porter par votre imagination.

Puis, prenez place dans l’espace liberté où un film-documentaire vous permettra de replacer les éléments significatifs de l’histoire de la moto en France.

Exposition « dans le détail »

Vers la fin du XIXe et au début du XXe siècle, les évolutions techniques ont permis des innovations notables pour la moto (pneus, moteurs, cadres, roues, phares…)

Cet espace dédié aux pièces détachées vous permettra de découvrir en détail des pièces particulières, présentant un intérêt technique.

Venez explorer la réserve et son atelier

Lieu de stockage ouvert au public, c’est LE domaine du collectionneur. Il y découvrira des machines bien rangées, mais surtout des objets de collection en lien avec les motos.

M. Lemoine : un passionné de motos anciennes

La Collection Lemoine est née de 20 ans d’une passion pour les motos anciennes. En 20 ans, un homme, Raymond Lemoine, va rassembler plusieurs dizaines de motos : en 2006, il décide de faire don de 90 d’entre elles à la commune de Bantzenheim, où il réside.

Le patrimoine cédé par M. Lemoine à la commune va au-delà de la simple collection, il s’agit de trésors parmi lesquels on retrouve quelques pépites rares, complétée de divers matériels d’époque. Cette collection de motos anciennes qui s’est constitué au fil des années fait la part belle aux marques françaises, principalement des Ravat.

La marque Ravat

La firme stéphanoise Ravat fondée par Jules Ravat en 1889 occupait, au milieu des années 1920, 20 000m2 et employait 1200 ouvriers. Cette usine produisait des bicyclettes Ravat et Wonder, les motocyclettes Ravat et aussi…les machines à coudre et écrémeuses Wonder.

Spécialiste de la bicyclette, Ravat bascule en 1922 dans le monde de la moto avec un modeste vélomoteur de 125 cm3 à moteur Masardier, une autre firme basée alors à Saint-Etienne. Cette ville est alors un grand centre cycliste et motocycliste français, assembleur et sous traitants dans divers domaines sont alors voisins.

Constructeur et assembleur

Ce 125cm3 Masardier n’étant pas suffisamment robuste, Ravat décide de produire son propre moteur : un 175cm3 deux temps secondé d’une boite à deux vitesses. En 1927 ce vélomoteur est épaulé par un autre 175 cm3 à trois vitesses, tandis que l’arrivée des 175, 250, 350 cm3 à moteur 4 temps à soupapes Zurcher, vient combler les motocyclistes.

Ce grand nom du cycle, n’entré qu’après guerre qu’assez timidement sur le marché motorisé. La maison Ravat reste trop sentimentalement attachée au vélo qui avait fait sa réputation et sur le marché duquel, son nom reste synonyme de qualité.

La crise du cycle, l’évolution de la clientèle vers le motorisé ont été un coup de fouet décisif pour activer la reconversion des établissements Ravat.

Ravat fait faillite et disparait en 1956.